B.A.S.S. Parentis 2016 – Une première historique

UNE PREMIÈRE HISTORIQUE POUR LA FRANCE

Les 2 et 3 juillet derniers s’est déroulée la première compétition B.A.S.S. sur le sol français. La France utilise comme tous les autres pays européens, le format « Collège », c’est-à-dire que la pêche a lieu par binôme sur un bateau.

De nombreux bassers français l’attendaient avec impatience…certains l’attendaient même depuis plus de 20 ans! A la différence de ce qui existe déjà en France en matière de compétition de pêche où toutes les espèces comptent (brochet, sandre, perche et black-bass), le système B.A.S.S. est, pour nous Français, le plus célèbre du monde car son règlement laisse une part prépondérante à la stratégie. C’est pour nous le jeu le plus passionnant que la pêche puisse offrir.

takeof

En France, les populations de largemouth sont très localisées et demeurent rares. Il n’y a pas de bass à petite bouche (smallmouth) ou de spotted bass comme aux USA. En revanche nous avons la perche commune (Perca Fluviatilis) qui peut atteindre au maximum 2 kilos et qui possède exactement le même comportement que le spotted bass , offrant ainsi les mêmes perspectives en termes de stratégie : un poisson abondant, agressif mais moins lourd que le bass à grande bouche.

La France a donc décidé de comptabiliser la perche en plus du largemouth, sans quoi peu de compétitions pourraient avoir lieu sur son territoire. Du coup, la problématique pour les compétiteurs est la même que pour certains Etats américains où différentes espèces de bass cohabitent (spotted & largemouth) : la technique doit donc s’accompagner immanquablement d’une très forte dose de stratégie, sans quoi l’espoir de gagner est vain. Le lac de Parentis offrait donc une équation à deux inconnues : chercher des perches, nombreuses et agressives mais de taille modeste, ou chercher les bass, plus lourds mais moins nombreux et plus méfiants.

Le premier jour récompensa les présomptueux, les preneurs de risques, les chercheurs de victoire. Car à la surprise générale, ce sont les largemouth bass du lac de Parentis qui ont offert les sacs les plus lourds à ceux qui les ont cherchés toute la journée. Il se pèsera d’ailleurs davantage de largemouth bass que de perches lors de cette première manche.

christopher-cretois-and-florentin-bizieux-at-day-1

Avec 4,8kg, c’est l’équipe Crétois/Bizieux qui se hisse en tête du classement pour ne plus la lâcher, en pêchant les ports dans lesquels ils étaient certains de trouver densité et qualité, du moins le premier jour. Derrière eux, Laumondais/Depeyris réalisent le quota avec une majorité de bass. Derrière, toutes les équipes bien classées ont soit exclusivement des bass, soit une majorité de bass. Du coup, le lendemain, la plupart des concurrents n’a plus eu qu’une idée en tête : trouver et extraire les plus gros largemouth bass du lac, car on sait qu’il nage dans ces eaux des poissons de près de 3 kilos.

laumondais-depeyris

On peut conclure que ceux qui ont pêché pleine eau se sont trompés de stratégie. La grosse majorité des poissons a été capturée dans les herbiers et/ou sur la bordure, en tout cas dans peu d’eau. Les zones shallow les plus inaccessibles du lac ont été bien exploitées lors de la seconde journée, à l’image de l’équipe Pena/Bauret, qui en changeant sa stratégie, a opté pour des zones particulièrement reculées et a fait un superbe bond au classement avec 4 poissons pour un total de 3,720kg dont un très joli bass de 1.770kg, complété par trois perches au ventre rouge. Dans la piscine où les poissons étaient stockés, le doute n’était plus permis quant à savoir ce que les poissons mangent à cette saison. Le fond des viviers, des sacs et de la piscine était parsemé d’antennes, de pattes et de pinces…

few-minutes-before-the-take-of

Sur ce lac de plus de 3 500 Ha, ce sont les bassers qui ont imposé leur suprématie, de manière très nette, à l’image de Bastien Nicolay, qui, seul sur son bateau, est parti le premier jour dans les zones les plus reculées du lac, où la navigation au moteur était interdite, pour pousser son bateau à l’aide d’une longue perche et se retrouver sur une zone où il a pu ramener 3 bass le premier jour, une belle perche le second, toujours en pêchant des zones marécageuses très shallow. La très belle seconde place de l’équipe Depeyris/Laumondais illustre parfaitement cet état de fait. Avec leur quota du premier jour et les deux poissons du second, ce sont eux qui ramènent le plus de poissons à la pesée !

bastien-nicolay

Parce que les bass sont plus lourds et parce que les perches ont eu le même comportement alimentaire, la stratégie black bass dans les back waters a payé, triplement payé même !
Les vainqueurs empochent à la fois le trophée Garmin France B.A.S.S. Nation présenté par Volkien Soul et les 500 € qui vont avec et en même temps le trophée Garmin du Big Fish avec un bass de 2,403kg et les 200 € promis. Ils partent également avec la prime de 200 € offerte par Volkien Soul pour le plus lourd sac du week-end (heavy weight) : 4,8 kilos ! Un week-end rentable pour l’équipage Crétois/Bizieux que l’on retrouvera avec bonheur sur la rivière Lot!

podiumparentis2016

Un grand merci à l’AAPPMA de Parentis pour son sérieux et son accueil si chaleureux, à la Mairie qui s’est démenée pour que la compétition ait bien lieu et à nos sponsors qui nous épaulent depuis le début de l’aventure : la société GARMIN et la société CLEE FISHING.

aappma-de-parentis

[Texte : David Dubreuil ; photo : Benoit Deltreuil/Predators]

david-dubreuil

NB : A l’issue de cette manche, 2600 € (1100 € récoltés auprès des compétiteurs, 1500 € de la part d’un mécène privé) ont été recueillis en vue d’un empoissonnement en black-bass. Cet empoissonnement a pour but de dynamiser les populations de black-bass sur le lac de Parentis.